OMG, j'ai des 6eme !

Publié le par Anne Fakhouri

Au début, je n'y ai pas cru.

"Tu as quoi, cette année?"

"Des sixième."

Sourire entendu des collègues.

"Ah ah, tu vas t'amuser..."

Quoi?

Je vais me détendre, surtout. Après les Seconde über pénibles (gère tes hormones, mon poulet ! ) et les Première hyper stressés (je suis prof, pas magicienne), les Sixième, ça va juste être du pain béni. On va faire du Roald Dahl. Ils vont m'écouter, galvanisés, lire L'Iliade et nous pleurerons ensemble de la mort d'Astyanax, arraché aux bras de sa mère et jeté au-dessus des remparts de Troie... On jouera le Médecin Malgré Lui (des heures de rigolade).

Ils m'écriront des petits mots choupis.

Ricanement des collègues.

"Un conseil : sois hyper ferme dès le début. Tu laisses rien passer. Les Sixième, si tu les laisses faire, ils te bouffent le bras."

Quoi?

Mais non ! On va trop se marrer, les Sixième et moi ! Je vous jure ! Ca va être du gâteau.

"On t'aura prévenu", me dit le collègue avant de disparaître dans le nuage grisâtre de la machine à café.

Là, je me sens obligée de vous livrer un secret presque professionnel. Quand les collègues nous préviennent d'un truc, on ricane tous intérieurement.

S'ils galèrent, eux, c'est parce qu'ils ne savent pas tenir les élèves.

Ce qu'on sait (évidemment) faire.

Parce que nous avons la mémoire courte. A vue de nez, je dirais même que notre mémoire s'auto-digère à chaque récréation.

Sinon, personne ne ferait ce boulot.

Donc, collègue futur(e) détenteur/trice d'une jolie classe de Sixième, laisse-moi t'énoncer quelques règles simples pour survivre aux Sixième.

 

Mise en garde

Les Sixième ne sont pas une légende urbaine, ce que je pensais sincèrement. Ils existent vraiment et tout ce qu'on dit sur eux est vrai et démontré.

Règle numéro UN:

Ne fais jamais jamais jamais d'ironie avec un Sixième. Tu n'es globalement pas payée pour faire la mariole mais là, encore moins.

Ca t'évitera de vivre ce que j'ai vécu le premier jour de ma première rentrée avec des Sixième, à savoir répondre à la question "Madame, je suis pas allé au soutien en première heure et c'est marqué sur l'emploi du temps, c'est grave? par "Oui, d'ailleurs on va t'enfermer dans la pièce qui est au fond de la cour jusqu'à ce soir".

Ca t'évitera de voir un choupi (tu ne les connais pas encore, tu penses qu'ils sont choupis avec de grands yeux mouillés) éclater en sanglots devant toi.

Ca t'évitera aussi de passer la nuit à te retourner dans ton lit en te traitant de monstre et en annonçant à ton mec que vous n'aurez jamais jamais jamais d'enfants.

Règle numéro DEUX:

Ne t'attendris jamais quand ils pleurent. Ils font EXPRES. Trois minutes après, tu retrouveras Maxime G hilare dans la cour, alors qu'il sanglotait à ton bureau pour une punition méritée, te projetant dans l'enfer du prof qui se demande si elle n'a pas été trop dure (finalement, est-ce si grave s'il ne sait pas sa poésie pour la troisième fois? Il est choupi, quand même...).

Dilemme que tu n'auras jamais avec ces petits cons grands Seconde que tu as quittés sans même verser une larme.

Règle numéro TROIS:

Prépare-toi mentalement. Je le répète, les sixième ne sont pas une légende urbaine. Je te JURE que tu entendras les phrases suivantes:

"Madame, je suis arrivé en bas de la page, je fais quoi?"

"Madame, vous avez souligné en violet et moi j'ai pas de violet."

"Madame, quelqu'un a écrit dans mon livre ! "

"Madame, est-ce que je mets la leçon "Orthographe" dans l'onglet "Orthographe.?"

Là, c'est hyper important, souviens-toi de la règle UN.

Donc, ne réponds JAMAIS "écris sur la table et ramène la chez toi" "sors de mon cours et va en acheter" "plains-toi au directeur." "Non, mets le plutôt dans ton cahier de maths" et autres "dans ton cul!" (ne réponds jamais "dans ton cul", même si c'est hyper tentant ou juste un réflexe, tu pourrais avoir de vrais soucis avec les parents, ta direction et plusieurs associations de protection de l'enfance)

Règle numéro QUATRE:

Ne change rien à tes habitudes. Jamais. Même au mois de mars. Tu lis bien? JAMAIS.

Le Sixième est un être extrêmement émotif qui ne maîtrise pas encore son corps (je te jure, au moins un d'entre eux vomira sur son bureau une fois dans l'année et, comme tu es une prof impitoyable - et toi même assez sensible - tu demanderas au délégué (ou à celui qui t'aura demandé TOUTE l'ANNEE où va cette putain de leçon d'orthographe) de nettoyer).

Règle numéro CINQ:

Ne t'attache à aucun d'eux. Jamais.

Les Sixième, par une loi qui s'appelle la puberté et qui hélas est inaliénable, deviennent des Quatrième.

Qui te snoberont dans les couloirs, même si des années après ils viendront te voir alors que tu achètes de la vodka peinarde dans ton supermarché pour te dire quelle PROF GENIALE tu étais (true story).

En attendant, sur le moment, ça te FENDRA LE COEUR.

Règle numéro SIX:

Ne leur dis jamais qu'ils sont choupis. Après, ils cranent.

 

On peut survivre aux Sixième, si on suit ces règles simples.

Ne t'inquiète pas, même s'ils te poussent à bout (et que tu devras vraiment te retenir de répondre "dans ton cul" une fois par jour), ils te feront aussi marrer comme aucune autre classe. Ils t'écriront des petits mots et ils croiront que tu es amoureuse d'eux et ils t'appelleront Maman (parfois même en même temps, le Sixième est un être Freudien, ne l'oublie jamais).

Ils rougiront quand tu leur feras un compliment et, avant de devenir des affreux Quatrième, te diront que tu es la MEILLEURE PROF DU MONDE.

Ils hurleront "ouéééééé! " à tout ce que tu proposeras, même de la grammaire. (Le Sixième est un peu tout le temps sous acide, sache-le).

Et une fois le choc traumatique passé, tu te diras que tu as bien de la chance !

Vous me manquez, les lapins crétins...

"Madame, j'ai trouvé ça dans mon casier, je le mets où?" 

Publié dans Quand j'étais prof

Commenter cet article